Dimanche matin 12 janvier 2020, à Cordes sur Ciel je me suis littéralement gelé et j’ai failli perdre mes orteils, tout ça pour vous proposer un petit cours de lecture de l’image ! 🥶

Mais non, je plaisante !

Plus sérieusement, lors de ce stage photo matinal et rafraîchissant (-6°c), l’idée m’est venue, de vous proposer un petit article au sujet de la composition, plus précisément des lignes naturelles.

La régle des tiers

Dans la plupart des situations la grille des tiers est un guide très pratique pour aider à mette vos photos en perspectives, les points de forces servent à décentrer le sujet tout en respectant sa place dans son environnement.

Cela évite de centrer machinalement son sujet en 50/50.

Les lignes naturelles

 Les lignes naturelles, dissimuler partout autour de nous, se fondant dans le paysage et dans le ciel, les lignes peuvent guider le regard vers notre sujet.

C’est passionnant et très agréable d’exercer son œil à les débusquer et de se positionner de manière à ce qu’elles conduisent le regard tout droit vers notre sujet.

Attention, si une ligne peut guider le regard vers un point d’intérêt, une autre peut l’emporter ailleurs, et même en dehors de votre photo !

L’horizon

L’horizon, on l’oublie souvent, mais il est important de mettre son sujet au-dessus de l’horizon, de le faire dépasser quand c’est possible. Cela permet d’identifier sans hésiter le sujet, mais aussi de créer du relief et de la profondeur.

Si vous ne pouvez pas placer votre sujet au-dessus de l’horizon, essayez de le placer bien en dessous, afin de le mettre en perspective.

Enfreindre les règles

Oui, nous avons le droit de déroger aux règles !

Cette photo en est l’exemple, quasiment en 50/50, le sujet ne dépasse pas suffisamment au-dessus de l’horizon.

Et même si le village est sur le tiers droit, il ne se trouve pas dans un point de force, les lignes naturelles ne démarrent pas des angles de la photo et ne passent donc par les lignes de fuite, du moins pas en totalité.

Parfois ça fonctionne ?

Et pourtant ça marche, sans être la photo du siècle, ce cliché rencontre bien souvent un franc succès…

Mais alors, tout ce qu’on nous rabâche et reproche sans cesse est faux ?!

Non, le nombre d’or, les tiers tout ça c’est vrai et très important, c’est même crucial, car ce sont des règles, des guides pour nous aider à trouver un équilibre, une harmonie…

Pour commencer à comprendre, on peut facilement s’imaginer qu’une photo c’est avant tout une image qui véhicule ou non des émotions. Mais aussi, bien souvent à trouver vouloir en faire on passe à côté de l’essentiel, de faire simple ! Oui, il faut savoir faire simple, épurer son travail afin de simplifier la lecture…

Et c’est bien la simplicité qui est représentée ici, un village qui flotte, comme en suspension et aucun détail ne peut déranger la lecture. Perdu au milieu de ce grand panorama glacial, le regard glisse sur la douceur de la mer de nuages, attirée par les lumières chaudes nous informant d’un évident confort salvateur.

Pour le reste, c’est du bonus parce que les ambiances avec brume et brouillard fonctionnent toujours mieux, les lumières qui peinent à percer le manteau ajoutent un effet féerique, et le point de vue dégagé, splendide à toutes les saisons permet de mettre dans le mille à tous les coups !