Comment photographier la Voie lactée

Comment photographier la Voie lactée

Comment photographier la Voie lactée ?

Tout commence en avril…

Quand la meilleure saison pour observer la Voie lactée arrive, je suis fou comme un enfant à l’approche des grandes vacances ! La Voie lactée  peut-être observer toute l’année dans l’hémisphère Nord, mais  c’est seulement d’avril à septembre que son bulbe sera le plus visible.

Le bulbe, c’est ce dernier qui va retenir toute notre attention, aussi appeler le cœur c’est là que la plus grosse concentration d’étoiles se trouve, qui dit plus d’étoiles dit plus de lumière et plus de détails.

Le reste de l’année vous pourrez toujours réaliser des circumpolaires ou encore des filés d’étoiles, en étant minutieux et patient le rendu est très esthétique également, comme quoi on peut être créatif toute l’année !

Comment photographier la Voie lactée
208 photos pour ce Circumpolaire
photographier la voie lactée
La Voie lactée au Canon 50mm F1.8 – 8/s – 3200 ISO – Canon 6D

Remonter le temps…

Pour la petite histoire il faut tout d’abord se rendre compte que le scintillement des 100 milliards d’étoiles qui la composent a mis des centaines d’années pour parvenir jusqu’à nous, rien que ça !

Photographier la Voie lactée, notre galaxie, c’est par la même occasion regarder et immortaliser le passé, un peu comme si votre appareil photo vous permettez de voyager dans le temps !

Bien entendu ça reste une métaphore, ne croyez pas que votre Reflex à les pouvoirs d’une Dolorean DMC-12… N’est-ce pas Doc !

C’est la première chose à laquelle je pense systématiquement lorsque je fais une sortie Astro-photos et plus particulièrement la Voie lactée, je sais que je vais percevoir un immense et indescriptible phénomène qui s’est formé il y a 13,2 milliards d’années, un phénomène Céleste !

Applis

Cap au Sud !

Pour obtenir de belles images de la Voie lactée sublimant un sujet en particulier ou encore un vaste paysage on va s’assurer de pouvoir de faire rentrer tout le monde dans la composition de notre photo, à moins de faire un panoramique afin d’avoir l’arche en totalité.

Pour faire une simulation et commencer mon repérage et ma compo, j’utilise l’application Star Walk 2 sur mon Smartphone.

Star Walk 2 est une application qui se décline en 2 version, l’une gratuite et une version payante.

La version gratuite est limitée bien entendu, certaines fonctions sont bloquées, mais si vous comptez vous en servir uniquement pour trouver le cœur de la Voie lactée en toutes situations et même anticiper sa position, puisque l’application Star Walk 2 ne se limite pas qu’à une utilisation en temps réel, elle permet également de choisir la date et l’heure et donc de pouvoir se projeter dans le temps !

Personnellement j’ai opté pour la version payante à 0.99 centimes d’euro… Oui vous avez bien lu, moins d’1 euros pour une petite application qui est géniale et tellement pratique !

Bien préparer sa sortie c’est essentiel !

Une fois votre application choisie il ne vous restera plus qu’à avoir Jupiter dans Saturne et Uranus dans Neptune !

Non je plaisante bien sûr, pas besoin de jouer les Madame Irma… 😉

Face à votre PC, la souris dans une main votre Smartphone dans l’autre, je commence toujours sur Google Maps par repérer le point de vu, le temps de route, l’orientation. Avec mon Smartphone depuis l’application Star Walk 2, j’avance dans le temps et je contrôle la possibilité d’aligner ou non mon sujet avec la Voie lactée.

Orientez-vous vers le Sud, en accélérant le temps depuis l’application, entre 23h et 6h du matin, en fonction de la période de l’année, repérez la constellation du Scorpion, vous devriez rapidement apercevoir la Voie lactée qui se dresse fièrement au fil des minutes.

Sur le terrain, une fois vos yeux habituez à l’obscurité vous devriez apercevoir une concentration d’étoiles, formant une voile blanchâtre…

Oui à l’œil nu la voie lactée est comme laiteuse d’où son nom ! Je contrôle également la position de la Lune en fonction de l’heure et la période de l’année, en complément je regarde le calendrier Lunaire.

Avant de préparer mon matériel photo, je jette un œil sur la météo, j’utilise le site Sat24 en mode prévision : http://fr.sat24.com/fr/forecastimages

Même si ce site est extrêmement fiable je n’hésite pas à croiser les informations avec d’autres prévisions sur d’autres sites, Météo France, Yahoo Météo… Autant ne pas prendre trop de risques surtout si vous devez faire pas mal de route !

Star Walk 2 – Sat24 – Yahoo météo – Calendrier Lunaire – Google Maps
star walk 2
Aperçu dans le temps avec Star Walk 2
Constellation
Etude du terrain avec Google Maps
Pollution lumineuse
Aperçu de la pollution lumineuse https://www.avex-asso.org/

YAPUKA ?!

Non pas vraiment, en fait !

J’évite de partir trop à l’aventure, surtout si mon sujet se trouve à plusieurs heures de route ! La première chose à contrôler c’est la pollution lumineuse, oubliez la Voie lactée au-dessus de la tour Eiffel…

Pour contrôler la pollution lumineuse et savoir à quoi s’attendre en fonction de la région, j’utilise le site Avex : http://avex-asso.org/dossiers/pl/europe-2016/google-map-fausse-couleur/index.html

Bien entendu plus vous vous éloignerez des agglomérations plus profondes sera l’obscurité, et plus intenses seront les étoiles !

Corrigez-moi (fort) si je dis une bêtise, mais le triangle noir du Quercy dans les Causses du Quercy est the place to be pour l’observation des étoiles, qualifié comme le ciel le plus pur de France ! Vous savez maintenant ou vous rendre pour en prendre pleins les mirettes !

Matos

Un appareil photo pour ma Galaxie !

Concernant le matériel nécessaire il vous faut un trépied bien stable, et si ce dernier est bien modulable comme mon trépied Vanguard Alta 263 Pro c’est un plus !

En photographie se démarquer des autres est capital, et pour faire la différence avec toutes les photos qu’on peut trouver sur internet il est primordial d’oser des compositions dynamiques et originales, un trépied modulable vous permettra d’adapter toutes sortes de positions, pensez-y !

Il vous faudra obligatoirement un objectif grand angle capable d’ouvrir entre F1.8 et F4. Les objectifs fournis dans les packs comme les 18-55 ou 18-135 F3.5 peuvent parfaitement faire l’affaire, surtout lorsqu’on débute…

Attention si vous êtes équipé d’un appareil photo avec un capteur APS-C, il sera nécessaire d’investir dans un objectif 10-20mm par exemple, car en fonction du facteur de CROP de capteur du fabricant, vous aurez l’équivalent d’un 25 ou 27 mm environ ! Et non seulement votre cadrage sera difficile à réaliser, mais votre temps de pose sera bien plus limité !

Il vous faudra un Reflex capable d’encaisser au moins 1600 ISO sans vous délivrez une image trop bruitée ! En dessous de 1600 ISO même dans les meilleures conditions votre Voie lactée sera sous-exposée.

Comptez 3200 ISO pour faire apparaître ses détails et ses couleurs.

Avec mon Canon 6D je n’hésite pas à monter à 5000 et 6400 ISO, le résultat brut, de boîtier est bluffant !

Une télécommande, afin d’éviter de faire bouger votre boîtier lors du déclenchement ou entre chaque photo.

Des batteries bien chargées, l’astrophotographie est un enchainement de tests et de poses longues, la plupart du temps en Liveview, avec parfois des températures assez basses, tous ces facteurs consomment énormément en batterie ! On n’oublie pas non plus les gants et le thermos !

Petite astuce s’il vous arrive de faire de la photo de nuit lorsqu’il fait froid, une grosse chaussette reconditionnée sur votre appareil limitera la vitesse de décharge de votre batterie et limitera les défauts de comportement du au froid sur votre boîtier. Pour la condensation, pensez à replacer le capuchon d’objectif lorsque vous ne photographiez pas.

Canon 6D - Canon 16-35 F4 L
Canon 6D – Canon 16-35 F4 L IS USM
Vanguard Alta PRO 263 rotule SB100
Vanguard Alta Pro 263 + rotule SB100
Sat24
Prévisions météo – Sat24

Le Cinquième élément !

Oui le résultat de votre photo va dépendre de votre matérielle photo, de la lune, de la pollution lumineuse, de la période de l’année, mais aussi de la météo !

Si obtenir les bonnes conditions demande de la patience, la pratique sur le terrain n’est pas chose aisée également. Une fois sur place dans le noir il vous faudra trouver le moyen de poser votre trépied et l’appareil photo, brancher la télécommande, et commencer et faire un certain nombre de tests pour arriver à la composition voulue.

Je ne vous le souhaite pas mais il vous arrivera malgré tout de rentrer déçu et terriblement frustré, météo changeante, pollution lumineuse plus importante que prévu, végétation hostile…

Dans l’obscurité en cherchant la constellation du Scorpion je me suis assis sur un petit cactus… J’en vois qui rigole déjà…

Vous avez déjà fait l’expérience d’un Sunset raté pour des raisons météo, imaginez la même chose avec le manque de sommeil, de nuit, sans personne pour vous remonter le moral.

Sur le terrain…

Enfin ! Vous êtes arrivé 2 heures en avance, le ciel est dégagé et la lune absente, la pollution lumineuse est faible, le sujet là comme vous l’aviez prévu, une chapelle isolée en montagne, un superbe pic, un lac, peu importe du moment que ça vous plait et que dans votre imagination ça fonctionne !

Votre frontale sur la tête vous la positionné en lumière rouge afin de laisser vos yeux s’habituer à l’obscurité, votre matériel est en place.

Pour commencer je me réalise ma composition et pour gagner du temps je monte les ISO, 6400 ISO, le plus petit diaphragme F4, F2.8 ou encore F1.8, ça dépend de l’objectif que j’utilise.

Le fait de monter les ISO me permet de réaliser la composition avec des temps de pose très faible. Une fois la composition réalisée, je redescends les ISO a 3200 ISO, je ne touche pas à mon diaphragme, c’est-à-dire que je le laisse au maximum de son ouverture, et j’adapte le temps de pose à la longueur focale de mon objectif.

Attention l’ouverture du diaphragme influe énormément sur la profondeur de champ, en dessous de f3 pensez à bien vérifier que votre sujet et votre ciel sont bien tous les 2 dans votre zone de mise au point !

Photo prise au Smartphone de l'écran de mon appareil
PhotoCapture d’écran de l’appareil sur le terrain
La règle des 500 pour le plein format, non cherchez pas c’est juste une illustration…

A gauche un Canon 700D doté d’un capteur APS-C et à droite un Canon 6D doté d’un capteur plein format. La différence de taille de votre capteur APS-C varie selon le fabircant de votre appareil photo en comparaison au format 24*36 des capteurs plein format.

Temps de pose, focale…

Pas de panique, pour calculer le temps de pose en fonction de votre focale il existe une règle, une règle simple : la règle des 500 ! Et paf ! Oui ça vous fait une belle jambe je sais !

Ne vous inquiétez pas je ne vais pas vous laisser comme ça, non bien au contraire, d’autant plus que cette règle des 500 reste pour ma part erronée !

La règle des 500 dit que vous devez réaliser le calcul suivant : 500 / votre longueur focale = 500 / 16 = 31,25 secondes par exemple si vous utilisez un 16mm 500 / 14 = 35 secondes si vous utilisez un 14mm.

Cette règle ce n’est pas moi qui l’ai inventé, en pratique si vous dépassez les 20 secondes avec un 16mm vos étoiles vont commencez à devenir moins nettes, si vous dépassez les 25 secondes vos étoiles seront « baveuses ».

Toutefois elle a le mérite d’exister, tout en servant de base pour commencer les travaux pratiques.

Personnellement avec un 14mm je ne pose pas plus de 25 secondes, et 20 secondes au 16mm. Mais rassurez-vous vous pourrez contrôler tout ça sur le terrain et faire vos propres choix de temps de pose en fonction du résultat désiré.

Les informations que je viens de vous donner ci-dessus concerne un capteur plein format (Full-Frame) comme mon Canon 6D par exemple, si vous avez optez pour un capteur APS-C il vous faudra recherchez sur internet le facteur de « CROP » de votre capteur, par exemple X 1.6 chez Canon, X 1.5 chez Pentax, Sony et Nikon…

Répétez autant qu’il faudra les tests sur le terrain en fonction de votre matériel, c’est la seule solution pour trouver le temps de pose adéquate.

Et la MAP ?!

Faire la mise au point de nuit n’est pas forcément une chose aisée, logiquement si votre objectif dispose d’un indicateur sur l’infini, représentée par ce symbole &, sur la bague de mise au point il vous suffira de vous mettre sur l’infini pour que votre Voie lactée soi nette.

Malheureusement en fonction des objectifs ce n’est pas toujours le cas, de plus ça ne fait pas de mal de vérifier avant de commencer, ou tout au long de votre session d’astrophotographie que tout se passe de ce côté-là…

Imaginez un instant qu’après une nuit à la belle étoile et que lorsque que vous rentrez à la maison, le transfert de vos photos terminées sur votre PC, vous découvrez sur votre grand écran que la mise au point était en fait décalée ! C’est du vécu ! 😀

Pour éviter cela on va chercher l’étoile la plus lumineuse possible et zoomer dessus à l’aide du Liveview, normalement vous devez vous trouver sur l’infini.

Faîtes une première photo, vérifiez votre photo, zoomez sur les étoiles les plus lumineuses et une fois que votre MAP est réussie ne touchez plus à la bague de mise au point !

Mise au point sur l’infini

Canon 6D – Samyang 14mm F2.8 – 25/s – 3200 ISO

Action !

C’est le grand moment, tout est réglé comme du papier à musique, compo, temps de pose, ouverture, nous sommes en avril, il est 4h20 du matin et la Voie lactée surgi au-dessus de l’horizon…

Première prise de vue à 3200 ISO, 16mm, F4, 20 secondes de pose, et voilà ! Une première dans la boîte à images !

Personnellement je fais quelques clichés avec différents réglages, j’augmente légèrement le temps de pose, les ISO dans le but de faire ressortir la Voie lactée, tout en surveillant l’aspect de mes étoiles.

Quand j’obtiens ce que je veux soit j’éclaire à la frontale le sujet si je veux le faire ressortir, sur un cliché à part en adaptant le temps de pose, soit je fais une pose plus longue en mode Bulb.

Si nécessaire débouchez le sujet avec votre frontale, en le balayant de droite à gauche et de haut en bas, ne restez pas fixe sinon vous brûlerez votre photo.

La magie du numérique…

Sur le terrain je garde toujours à l’esprit que pour obtenir un meilleur résultat j’assemblerai mon sujet ou bien mon premier à mon ciel étoilé, à l’aide de Photoshop.

L’idée c’est d’obtenir une exposition pour le sujet et un temps de pose parfait pour éviter aux étoiles de devenir trop ovales.

Pensez à utiliser cette astuce afin de faire diminuer le bruit par exemple, une pose longue de plusieurs minutes pour ramener de la lumière dans votre compo que vous assemblerez ave votre Voie lactée.

Pour aller plus loin, imaginez que votre sujet ne puisse pas se trouver dans l’axe de la Voie lactée, en utilisant cette technique vous pourrez assembler vos photos afin d’obtenir le résultat désiré !

1 photos pour la Voie lactée – 1 photo pour ne pas brûler la tour
Sortie boîtier – Canon 6D – Samyang 14mm – F2.8 – 25/s – 3200 ISO

C’est dans la boîte !

Voilà après une série de photos avec vos différents réglages il ne vous reste plus qu’à rentrer chez vous, des images plein la tête et plein la carte SD, il ne vous restera plus qu’à faire le tri et le post-traitement.

Prenez le temps de bien régler votre balance des blancs sous Lightroom ou DXO par exemple.

Pour la gestion et la réduction du bruit je vous recommande fortement de passer votre image dans le logiciel DXO Photolab qui gère extrêmement bien le bruit grâce à son moteur Prime.

En conclusion

Si vous avez l’habitude de traiter vos photos sous Lightroom, prenez une grosse bouffée d’air frais, aller récupérer du sommeil, car faire exploser la Voie lactée sous Lightroom ou encore Photoshop n’ai pas chose aisée !

Au premier abord, il faudra doser, prendre du recul, faire de nombreuses pauses, pour ne pas dénaturer la douceur d’une belle nuit étoilée, tout en donnant plus de place et de couleurs à notre magnifique Galaxie !

Cet article touche à sa fin et j’espère que mes conseils vous seront utiles, et que vous ramènerai de belles photos !

Si vous avez des questions, comme toujours je suis disponible pour échanger sur Facebook, et si vous êtes dans les parages, autour d’une bonne bière c’est encore mieux ! 😉

Un tuto pour traiter vos photos

Si vous souhaitez en savoir plus sur le traitement de vos photos de Voie lactée

Section TIPS

  1. Appli Smartphone : Star Walk 2 et un calendrier Lunaire
  2. Orientation : Recherchez la constellation du Scorpion
  3. Radars et prévisions météo : Sat24.com
  4. Pollution lumineuse : avex-asso.org
  5. Quand : D’Avril à Septembre
  6. Un trépied, une télécommande, une lampe frontale

Exemples de réglages :

Bonne expo Bonne expo Bonne expo Bonne expo Sous-exposée Sous-exposée
ISO 3200 5000 3200 4000 2000 1600
Temps de pose 20 20 25 25 20 25
Focale 16 16 14 14 16 14
Diaphragme 2.8 F4 F2.8 F2.8 F4 F2.8

Tips

Tips

Comment charger les batteries de son appareil photo quand on est en Road Trip ?

Comment charger les batteries de son appareil photo quand on est en Road Trip ?

Comment charger les batteries de son appareil photo quand on est en Road Trip ?

On s’est tous posé la question au moins une fois, comment je vais faire pour recharger mon Smartphone, et mes batteries de mon appareil photo quand je serais sur la route toute la journée, voire la nuit si vous avez décider de camper ou encore de dormir dans la voiture !

Se brancher sur l’allume-cigare, convertir le tout en un maximum de prises, USB, et type AC/DC pour venir y brancher la ou les prises secteurs des chargeurs batteries de votre APN, sans pour autant décharger la batterie ou pire mettre à mal l’alternateur de votre voiture !

En faisant quelques recherches j’ai vite mis de côté les premiers articles, ceux trop compact sont soit bruyant, soit peu efficace, ou encore tout plastique avec une durée de vie très limitée, tout en risquant de compromettre la durée de vie de la batterie ou de l’alternateur de mon véhicule !

L’idée c’est de vous proposer un produit solide et efficace, pas les produits que j’ai pu tester par le passé, je parle des produits qui généralement ne passe pas le cap des 6 à 12 mois d’utilisation…

Ce produit distribué par Amazon, sous la marque KKMOON, est un onduleur offrant une puissance régulée de 800W, avec une puissance de 1300W en crête !

comment charger les batteries de son appareil photo quand on est en road trip

Qualité et finitions

Les finitions sont exemplaires, orné d’un bloc d’aluminium de couleur bleu (quelque peu voyant) en guise de protection de refroidissement passif, associé à un petit ventilateur ultra silencieux ! Les protections de basses et hautes tensions sont au rendez-vous, la première impression est très bonne, je n’ai pas la sensation de me retrouver avec un produit bas de gamme dans les mains.

Livré avec des pinces crocos, il est possible connecter l’appareil directement sur une batterie, sans passer par un connecteur DC12V, par exemple si vous optez pour l’installation d’une batterie à décharge lente…

Le système de serrage des connecteurs est bien pensé, des rondelles sont fournies, une fois en place et fermement bloqué, impossible que les vibrations provenant du roulage viennent desserrer les causses et provoquer un faux contact !

Z

45.99 € !

C’est le prix pour un onduleur de 800W efficace, 4 prises USB et 2 prises 220V !

Et l’installation ?!

L’installation est ultra simple, on branche le câble fourni aux bornes en faisant tout simplement correspondre les couleurs, rouge pour le positif et noir pour le négatif, on enfiche la prise 12V dans la prise allume-cigare 12V de son véhicule, on pousse le bouton ON/OFF et le produit délivre déjà de l’énergie !

Afin de pouvoir le fixer le fabricant à penser à disposer des encoches sur le bloc aluminium noir, ce qui évitera au produit de se promener dans les virages ou de traverser l’habitacle du véhicule ne cas de freinage d’urgence !

A l’usage…

J’ai rechargé 2 Smartphones simultanément en l’espace de moins de 2h route, tout en les utilisant en parallèle, utilisation de Waze et de Deezer en même temps sur l’un, usage presque continu de l’autre entre les mains du passager avant, le tout sans bruit particulier, celui de l’habitacle sur autoroute, le ventilateur tournant en silence n’est pas venu troubler l’ambiance à bord !

Chaudement recommandé !

Un prix très abordable, un produit aux finitions soignés, des matériaux de qualités, robuste et silencieux, je ne lui trouve aucun défaut !

Plein d’idées mais en panne de batteries ?!

Plein d’idées mais en panne de batteries ?!

Plein d’idées mais en panne de batteries ?!

Aujourd’hui je vous partage une astuce côté matériel, en faisant des recherches sur Amazon, j’ai découvert ce lot de 2 batteries avec un chargeur en prime, pour un prix total de 26.99 € !

Les batteries de chez Powerextra sont annoncées pour 2600mAH contre 1800mAH pour les batteries officielles de marque Canon.

Après quelques tests sur le terrain je vous confirme que j’ai doublé le temps d’utilisation par batteries, j’ai dépassé les 1000 photos en utilisant le Liveview, avec des conditions climatiques difficiles, pluie, froid et vent !

Ici il s’agit de batterie de type LP-E6 pour Canon 6D/7D/60D/5D/80D, mais en faisant une recherche sur Amazon vous trouverez des batteries pour Nikon, Sony

chargeur et batteries
batteries

Le chargeur

Batteries lp-e6 Canon Amazon Powerextra chargeur

De son côté le chargeur reste très pratique, il permet de charger 2 batteries de manière simultanée, la présence d’un indicateur de charge apporte une petit plus. Très pratique le chargeur présente un port micro USB, ainsi qu’un petit cordon USB se replie sous le chargeur, le rendant totalement autonome pour le charger directement sur une prise USB classique. Si vous souhaitez vous passer du chargeur, vous pouvez acheter un lot de 2 batteries 2600mAH pour 19.99 € seulement, soit plus de 70% d’économie par rapport à la marque Canon ! Si vous êtes souvent à court de batteries lors de vos voyages, ou weekend, je ne peux que vous recommander ces articles !

Apprendre la photographie

Apprendre la photographie

Apprendre la photographie

J’ai débuté la photo comme vous, en m’identifiant à certains, avec l’envie de sortir les plus belles photos de mon petit boitier !

On est vite rattrapé par la réalité et les bons conseils des autres :

« T’as qu’à faire la map sur l’infini…», « pour le temps de pose tu divises par la racine carrée de l’hypoténuse et tu fermes 40x le diaphragme… »

Les problèmes techniques, notre Reflex nous paraît bien compliqué une fois sur le terrain, sans parler des contraintes financières…

Côté financier, bien souvent il faut composer avec des objectifs achetés d’occasion, et pas vraiment bien notés, si vous voyez ce que je veux dire… (Piqué en mousse, flares, pas de de graduations pour la mise au point)

Personnellement je n’hésite pas à faire beaucoup de kilomètres pour acheter de l’occasion, il n’est pas rare de trouver des  apns ou encore objectifs à petit prix et en bon état.

Pour le paysage et l’animalier, je vous recommande d’utiliser un bon trépied, bien stable pour éviter les flous de bouger, flexible pour passer partout, ce dernier ne doit pas vous empêcher d’être créatif !

La Profondeur de champ

Sur l’exemple de droite f représente la valeur d’ouverture/fermeture du diaphragme de votre objectif, plus la valeur est grande et plus le diapghrame est fermé. L’ouverture du diaphragme impacte la profondeur de champ.

Canon EOS 6D en position Av pour le mode priorité à l’ouverture

Canon 6D – Samyang 14mm : 14 mm- F8 – 1/2 de secondes – ISO 100

La lumière

Pensez priorité à l’ouverture, lors de la prise de vue, observez la lumière en mouvement, fermez les yeux, imaginez là dessiner le relief, peindre le paysage d’une multitude de couleurs, réglez votre diaphragme sur F8 pour commencer, surveillez votre posemètre, faites vos propres tests !

Un minimum de travail seul avec son matériel sera nécessaire.

Vous devez constater par vous-même les impacts de l’ouverture du diaphragme sur vos photos de paysages, portraits, macros…

Exemple, face à une cascade, réglez le diaphragme entre f7.1 et f11, fixer les ISO à 100, avec une large focale, un objectif grand angle, désactivez votre autofocus après avoir fait la mise au point bien entendu.

Fixez votre Balance des Blancs sur ombre ou nuageux, déclenchez et recommencez le test jusqu’à obtenir un résultat esthétique.

Essayez d’obtenir un joli filé sur l’eau pour la dynamique, tout en conservant une belle structure dans ce dernier !

En fonction de la lumière naturelle si l’image est vraiment trop sous-exposée, montez la sensibilité ISO à 200, puis à 400…

Observez à nouveau le résultat, recommencez l’exercice jusqu’à bien comprendre l’effet de la vitesse d’obturation de votre Reflex sur votre sujet.

Recommencez ce genre d’exercice en mode priorité à vitesse, réglez votre vitesse d’obturation entre 1/4 et 1/10 de secondes à ISO 100, faîtes le test à contre-jour, mesurer la lumière en mode matricielle.

N’hésitez pas à sous-exposer vos photos pour conserver la lumière dans le ciel de votre paysage.

Vous n’avez plus qu’à vous rendre sur une jolie plage, et faire un test grandeur nature avec les vagues et l’écume !

Sous Lightroom, débouchez votre premier plan, de manière progressive, sans rien exagéré, observez le résultat !

 

 

Lâchez prise !

On me contact souvent pour obtenir des conseils photo, quel appareil photo Reflex ou quel sac photos choisir, me poser des questions sur les réglages, évoquer le mode Manuel…

Mais avant tout, apprendre la photographie ça commence par l’imaginaire ! S’approprier le sujet et se projeter dans le rendu qu’on souhaite obtenir, laisser parler son cœur…

Bien sûr il faut avoir déjà appréhender son appareil, intégrer les notions de base, mais c’est tellement plus que ça…

L’importance du cadrage, c’est là que tout se passe !

Vous devez toujours garder en tête qu’une photo c’est un instant figé en 2 dimensions, et pour rendre le rendu le plus vivant possible il vous faut trouver un moyen de donner de la vie à votre image !

C’est au moment de la composition que tout se passe, commencez par changer d’angle, plongez, conte-plongez, regardez les lignes, les perspectives, isolez votre sujet, faîtes place net sur votre premier plan !

Vous l’avez compris, il va falloir oser !

Créativité !

Lâchez prise sur la technique et sur les règles, ne vous contentez pas d’une « photo », mettez en scène des éléments, contez une histoire !

Avez-vous déjà essayé la pose longue avec un filtre ND1000 ?! Lors d’un coucher ou lever de soleil par exemple, cette technique transforme littéralement l’ambiance d’une photo à la prise de vue !

Ensuite viennent la technique et la logistique, comment arriver à réaliser cette photo, quels sont les moyens à mettre en œuvre.

La saison par exemple, l’automne, l’hiver, le printemps… Chaque saison impose son style et vous contraint à vous adapter, voir modifier vos plans.

Mettez toutes les chances de votre côté, préparez bien vos sorties. De nos jours il existe de nombreuses applications pour vous aider, Sun Surveyor, Star Walk 2, Google Maps… Vous pouvez retrouver plus d’informations sur mon blog photos !

Vous avez envie d’une initiation à la photographie ? Retrouvez mes cours gratuis sur Toulouse !

 

Canon 700D – Canon 50mm f1.8 – Sri-Lanka

50mm – f2 – 1/400 secondes – ISO 250

 

Apprendre la photographie avec Laurent bastide

Pourquoi apprendre la photographie avec un professionnel ?

Vous êtes photographe amateur et photographiez par plaisir ? Vous souhaitez devenir photographe pro ? Vous avez besoin d’aide pour un perfectionnement ?

Je m’adapte à votre demande, à vos besoins, à votre rythme et surtout à votre niveau.

Durant les stages ou voyages photos, par exemple, je ne fais pas que vous déposer sur un spot, je ne me contente pas d’être seulement un guide.

Ma valeur ajoutée c’est l’accompagnement, aussi bien sur la partie technique, (réglages…) que sur l’appréhension et la composition.

Ma démarche c’est de vous donner toutes les clés pour que vous puissiez réussir vos photos, leurs donner une âme !

Pour toutes ses étapes je peux vous accompagner, vous guider, que ce soit en cours privé, en formation à distance, sur le terrain lors de stages photos.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter !

 

10 + 6 =

Sac photo Vanguard Alta Rise 48

Sac photo Vanguard Alta Rise 48

Vanguard Alta Rise 48

Le sac photo Ultime ?!

Je viens tout juste de recevoir le super sac photo Alta Rise 48 de chez Vanguard, du même fabricant que le trépied que j’utilise pour réaliser mes photos !

Premier bon point je parviens à y ranger tout mon bazar, et même chargé le sac reste très confortable ! Décidé à le tester je l’ai emmené en voyage photos dans le désert des Bardenas Reales, au programme, sable, pluie, vent !

Très pratique, il peut facilement se poser en position verticale, facilitant l’accès aux rangements supérieurs sans pour autant ouvrir le sac entièrement, tout en pouvant accéder à son Reflex grâce à l’ouverture rapide prévue à cet effet.

Les compartiments sont tous modulables et suffisamment rembourrés pour protéger le matériel photo, avec un gros coup de coeur pour le compartiment supérieur qui permet de un rangement optimal de divers accessoires ou encore un autre boitier par exemple.

Oui transporter son drone avec le sac photo Vanguard Alta Rise 48 c’est possible et je le prouve en photo ! 😉

Plus sérieusement c’est génial de pouvoir optimiser le rangement de ce sac, par temps sec on peut transporter son matériel photo et son drone, 2 activités parfaitement complémentaires.

Afin d’obtenir un maximum de retour j’ai également fait tester ce sac aux participants de mon stage photos dans le désert des Bardenas Reales.

Vous pourrez retrouver l’avis de chacun des participants à la fin de cet article.

Merci à Vanguard Espagne et à Marta pour leur confiance !

vanguard alta rise 48

Sur l’exemple de gauche j’ai choisi de ranger la télécommande de mon drone DJI Phantom 3 Pro 4K sur l’étage supérieur, comme je vous le disais c’est vraiment très pratique !

Je pense que je vais faire un bon bout de chemin avec mon nouveau sac !

Encore un rangement ! :p

L'accès rapide au boitier

Ingénieuse cette poche cachée !

Les rangements, passes sangles et crochets sont nombreux !

Tablette, ou pc portable jusqu'à 15,6" pouces !

Le compartiment supérieur, un vrai régal !

Excellentes finitions et tissu indéchirable.

Un sac qui en a dans le ventre !

Sur le papier ce sac affiche les caractèristiques suivantes :

  • peut contenir 2 reflex, un flash, 3à 5 objectifs et des accessoires

  • espace pour une tablette 15 pouces

  • séparateurs internes

  • fermeture à glissière latérale pour un accès rapide à votre appareil photo

  • sac extensible de 6 cm supplémentaire

  • comprend une fixation pour transporter un trépied

Et il reste de la place...

Le sac qui voulait devenir plus gros qu'un boeuf !

Encore des rangements...

Le sac photo Alta Rise 48 et ma fidèle monture !

Ils sont devenus inséparable !

Verdict

Les plus :

Léger

Finitions et coutures

Nombreux rangements modulables

Conception générale

Accès rapide au boitier

Fixation latérale et dorsale pour le trépied

Nombreux passages de sangles et crochets

Les moins :

Pas imperméable, même si une couverture pluie est forunie.

En conclusion j’ai tout de suite adopté ce sac photo Alta Rise 48, léger à vide il reste très agréable sur les épaules tout au long d’une journée de marche ! Pas convaincu au départ de pouvoir trouver mieux que mon Lowepro Vertex AW200, J’ai craqué pour son compartiment de rangement supérieur, son rembourrage très confortable et l’accès rapide au boitier !

Après plus de 8 mois d’utilisation intensive, je trouve que le sac veill

Les avis des participants

Ce qu'en pense Léa BADRAH

Léa Badrah Pour ma part, la taille du sac ne me convient pas, mesurant 1,53cm ce gabarit fait la moitié de ma taille ?, donc il me faut la taille enfant ?. Blague à part, je trouve la conception assez intelligente, pratique et rassurante, on hésite toujours à prendre certain accessoires par manque de place, mais le sac Vanguard offre la solution. J’ai bien aimé aussi la texture du matériel, agréable et même jolie, se rajoute l’étanchéité qui est fort appréciée lors des surprises climatiques comme on a eu dans le désert des Bardenas. Merci Laurent Bastide pour ce partage de teste et pour l’essai sur le terrain.

Ce qu'en pense Cédric NAVEZ

Cédric Navez Possédant actuellement un sac de bonne facture mais absolument pas bien pensé pratique, je ne suis pas certain d’être très objectif, mais comparé au mien, c’est le jour et la nuit. Très confortable, on peut le porter rempli longtemps sans souffrir aux épaules et au dos. Les nombreuses poches, dont certaines cachées sont bien pensées et vu la taille du sac, on peut difficilement lui reprocher d’être à court d’espace, et si ça venait à arriver, une braguette permet comme sur certaine valise, d’augmenter le volume du sac, bien vu. Enfin, personnellement je n’ai pas besoin d’autant d’espace car je n’aurais de toute façon pas de quoi le remplir à fond, mais j’ose imaginer que les modèles de plus faible gabarit sont tout aussi bien pensé. Un grand merci à Laurent Bastide et à Vanguard 

Ce qu'en pense Laurent CAPUTO

Mesurant une taille normale , le sac convient également bien à mon dos souffrant d’une belle hernie discale. Les lanières sont larges et confortables. Les poches sont pratiques et adaptées aux petits accessoires, le compartimentage est sympa et évolutif en fonction de la quantité de matos à emporter. La poche “pc” est aussi super pratique et plutot bien isolée. Un beau produit !

Ce qu'en pense Marion LE BIHAN

Marion Le Bihan Mesurant moins d’1m60… j’ai aussi été agréablement surprise par le confort du sac qui bien que très chargé, ne m’a pas du tout fait mal au dos. J’ai beaucoup aimé la matière des bretelles et du dos qui fait m’a fait penser aux textiles des vêtements de sport : “tu transpires à fond mais c’est pas grave ça sèche tout de suite et ça pue pas!” ? enfin voilà surtout confort et bien équilibré, c’est ce qu’il me faut, j’adhère !

Ce qu'en pense Laurent PIERRE

Laurent Pierre Mesurant plus de 1,80m, j’ai été agréablement surpris par la hauteur du sac qui tombe bien sur le bas du dos et par le confort des mousses en contact avec le dos Malgré la pluie le système de ventilation entre le dos et le sac est bien étudié ? Merci à Laurent et Vanguard Photo France d’avoir pu tester dans la vraie vie !!@

Des stages photos gratuits sur Toulouse

Des stages photos gratuits sur Toulouse

Régulièrement je met en place des stages photos gratuit sur Toulouse !

Au programme :

De la pose longue sur l’eau et les berges.

Utilisation des filtres photos.

Nous échangerons également autour de la composition d’une photo et de la réparation des volumes dans une image.

C’est souvent l’occasion d’échanger autour d’une passion commune, partager simplement un bon moment.

On parle composition, cadrage, lignes de fuites et zones de forces, on découvre les accessoires de chacun, et toutes ses petites choses qui avec le temps et l’expérience viennent enrichir notre quotidien photographique !

Retrouvez l’ensemble des stages, formations et voyages photos dans ma boutique : https://imagesemotions.fr/boutique/stages-et-formations-photos/

Matériel nécessaire

Pour ce stage je prêterai mon matériel :

Filtre ND1000 et porte filtre, donc si vous n’avez pas encore investi ça sera l’occasion pour vous de tester et comprendre avant de casser la Tirelire.

Pour participer à ce stage, vous devrez être équipé d’un appareil photo et d’un objectif grand angle de 10-20/11-22/18-55 ou autre focales fixes inférieures ou égales à 24mm.

Un trépied, de batteries de rechanges, et d’une télécommande.

Un réveil pour être certain de pouvoir être présent à l’aube !

Plein de bonne humeur, c’est important pour l’ambiance.

Vous pouvez également me suivre sur Facebook pour rester informé en temps réel, que ce soit pour les stages, sorties, que je sois en voyage autour du monde, en workshops.
A très bientôt !

 

 

La sauvegarde, pour aller plus loin…

La sauvegarde, pour aller plus loin…

Suite aux nombreuses réactions au sujet de mon article “Et la sauvegarde on en parle…”, j’ai jugé bon d’écrire un deuxième article pour aller plus loin dans une réflexion de sécurité et sauvegarde.

Pensez sécurité, n’attendez pas de perdre vos photos !

Comme expliqué dans mon premier article, je voulais sensibiliser au sujet de la sauvegarde et du risque de perdre toutes ses photos, et données en tout genre.

Pour être constructif je voulais égaler vous proposer une solution fiable de premier niveau, peu couteuse et simple à mettre en place, avec une procédure à l’appui !

Cette première solution reste très fiable, mais comme toutes méthodes elle présente quelques limites.

Catastrophes naturelles, inondations, incendies, cambriolages, invasions extra-terrestres… Vous êtes en déplacement et à votre retour vous découvrez que vous avez perdu votre NAS, et fatalement l’ensemble de vos données présentes sur les disques durs de ce dernier.

la sauvegarde pour aller plus loin

Le stockage Cloud c'est quoi ?

Le stockage Cloud est un espace de stockage en ligne accessible depuis n’importe où à toute heure du jour ou de la nuit. Une fois l’offre stockage Cloud choisie gratuite comme payante, vous pourrez y déposer vos données, vidéos, factures en fonction de l’espace de stockage proposé par le fournisseur du service Cloud.

Le NAS c’est bien, le stockage Cloud c’est mieux

Même si c’est un raccourci facile, une seule solution de sauvegarde ne suffit pas, surtout si nos données sont très sensibles ! Imaginez que vous perdiez vos contrats, vos photos RAW prouvant la paternité de vos images publiées.

Pour ne prendre aucun risque avec vos données sensibles, il va falloir multiplier les supports, le NAS avec une redondance grâce à la technologie du RAID, auquel vous pouvez ajouter un ou plusieurs disques durs USB externe. (USB3 pour régler les problèmes de vitesse de transfert)

Sur le long terme je ne peux que vous recommander une solution Cloud, Dropbox, Google Drive, Mega et j’en passe, qui sont des solutions Cloud gratuites. Les services de stockage en ligne gratuit sont pratiques, d’autant plus que le service délivré par Mega crypte les données à l’aide d’une clé de 2048 bits ! Vous n’avez plus qu’à comparer les offres des différents fournisseurs, capacité de stockage, cryptage des données, disponibilité, vitesse de transfert…  Après quoi il ne vous restera plus qu’à faire chauffer la ligne ADSL pour envoyer vos copies de sauvegarde dans le “Cloud” ! 😉

Oui on ne va pas se mentir, nous sommes combien à entendre avec impatience la fibre ou la 4Gbox !? Après de nombreuses heures, ou de nombreux jours à saturer la bande passante que vos copies de sauvegarde se trouveront hébergées en ligne, disponibles partout dans le monde pour peu que vous puissiez avoir du réseau Data…

Et le stockage Cloud Pro, les solutions payantes

Je n’ai jamais eu l’occasion de tester des solutions de stockage Cloud Pro à titre personnel, je n’aborderai donc pas la partie Cloud Pro même s’il me semble non négligeable de réfléchir à une telle offre si vos données sont très sensibles et que votre activité se développe de manière exponentielle.

En conclusion

Comme vous l’avez compris, le NAS ne suffit pas, mais l’externalisation sur disque dur USB non plus, même en complément puisque ces derniers restent des supports mécaniques que vous devez protéger du vol ou d’un éventuel accident…

Oui votre maison peut prendre feu alors que vous venez d’apprendre que votre voiture vient d’être utilisé comme voiture bélier, alors que votre fille vous apprend qu’elle arrête ses études parce qu’elle est enceinte et qu’elle part vivre au Népal avec Kevin !

Je vous l’accorde dans ce cas précis il faudra plus faire appel au service d’un marabout, mais pourquoi pas !

Plus sérieusement, si votre NAS est foutu vous pourrez récupérer vos données sur votre Cloud, si votre Cloud rencontre un problème de disponibilité ou de fiabilité vous avez vos données sur votre NAS et/ou sur votre ordinateur.

Un NAS ou un stockage USB plus une solution Cloud.

Plus de risque de perdre vos chères photos !

Le désert des Bardenas

Le désert des Bardenas

Photos & Aventure

C’est par le plus grand des hasards que j’ai découvert le désert des Bardenas Reales de Navarre !

En faisant des recherches sur la Sierra De Guara dans la région voisine d’Aragon en Espagne, région dont je vous parlerais dans un autre article.

Ce désert situé dans au Nord de l’Espagne tout proche de Pampelune et à 1h de route de Saragosse. Ce désert s’étend sur plus de 40 000 hectares entre Arguedas, Tudela, Carcastillo et Ejea De Los Caballeros.

Le vent, la pluie, l’érosion et les amplitudes thermiques ont façonnés depuis des millénaires un paysage unique fait de canyons, falaises, cheminées de fées, des “Badlands”, des points d’eau à la végétation abondante ! A 2 heures de la frontière Française, le désert des Bardenas Reales de Navarre constitue une des destinations les plus dépaysantes réalisable sur un weekend.

De nombreux clips et films sont tournés régulièrement sur place, le dernier film de Therry Gilliam doit-être tourner dans les Bardenas, mais également la saison 6 de Games Of Thrones, c’est vous dire si les paysages y sont incroyables !

Pour vous y rendre, rien de plus simple, après Bayonne suivez San Sébastien, puis Pampelune et Arguedas. Depuis Arguedas vous pourrez pénétrer en voiture dans le désert des Bardenas en empruntant la piste principale qui permet de d’en faire le tour facilement. Prévoyez tout de même une voiture pas trop rabaissée, et redoublez de prudence après les fortes pluies, nombreux sont les touristes à s’embourber chaque année.

Pensez à jeter un coup d’oeil dans ma galeries photos !

Un désert unique au Monde !

Les cheminées de fées, formation rocheuse très représentative des Bardenas de par son côté unique, la plus grande est plus célèbre se trouve en bordure de la piste principale du désert, vous ne pourrez pas la manquer avec ses 40m de hauteur !

Tout autour vous remarquerez immédiatement les effets de l’érosion sur la roche et le sol des Bardenas, formant des couloirs qui serpentent à perte de vue, allant jusqu’à former des ravins et des canyons.

Vous pourrez également que l’eau coule ici au milieu de ses terres arides sans qu’on puisse simplement se l’expliquer… Parfois de petits cours d’eau, parfois de petits plans d’eau, sortes d’oasis dans ces grandes étendues de solitude ou le temps semble s’être arrêté !

Aucune habitation permanente, mais seulement des cabanes, souvent en ruines, vestiges des Bergers qui jadis conduisaient leurs troupeaux dans ces terres inhospitalières.

En vous enfonçant un peu plus loin en empruntant les chemins de randonnées vous pourrez découvrir d’autres facettes de ce désert, falaises abruptes, collines tabulaires, cabanes perchées sur les plateaux, des dégradés de couleurs formés par les sédiments, ponts de roches précaires, steppes, vastes pleines, terres agricoles…

Attention les écosystèmes y sont nombreux et variés, veillez à respecter la signalisation, ne rien cueillir ou ramasser, le désert des Bardenas Reales de Navarre est classé “Réserve de Biosphère” et se trouve être le deuxième désert en Europe après le désert de Tabernas en Andalousie.

Voyage photos dans le désert

Merci de respecter ces lieux, de ne pas déranger les oiseaux lors de la période de nidification et de reproduction.

Avec ses faux airs de Monument Valley, du désert Mojave ou encore des Badlands, le désert des Bardenas ne cesse de créer l’étonnement, la curiosité et attire de plus en plus de touristes chaque année, c’est pour cette raison qu’il est important de faire attention, d’adopter une attitude en harmonie avec la nature.

Au centre vous trouverez la Bardena Blanca, une terre claire, steppique et désertique. Au sud la Bardena Negra, des hauts plateaux recouverts de pinèdes. Au nord la Bardena Del Plano, sans trop de reliefs constitués de terres agricoles.

La végétation est à tendance méditerranéenne, plus ou moins dense en fonction des 3 zones citées au-dessus.

La faune est constituée de renard, sangliers, lièvres, vautours fauves, et même si je n’ai pas pu moi-même les observer, les scorpions et les veuves noires font parties de ses occupants ! Je sens que vous hésitez, mais non n’oubliez pas que c’est pas la petite bête qui va manger la grosse ! 😉

Les activités sont nombreuses, vous pourrez faire de la randonnée, du VTT, 4X4 et même traverser le désert à cheval ! C’est selon moi une façon inoubliable, et peut-être même incontournable de découvrir cet endroit !

Si comme moi vous avez envie de vous perdre dans ce désert ? Fouler un sol à la terre brûlée, craquelée, aux couleurs incroyables et aux formes indescriptibles, sachez que je propose régulièrement des expéditions pour cette destination.

J’organise des voyages photos clés en main, logement, activités, itinéraires…

Pour votre plus grand confort je m’occupe de tout, après votre réservation il ne vous reste plus qu’à profiter !

Canon 6D et 16-35 F4 un joli couple !

Canon 6D et 16-35 F4 un joli couple !

N’y voyez rien de romantique, je veux vous parler du couple Canon 6D et l’objectif Canon 16-35mm F4 série L IS USM. 😉

Que je fasse une sortie photo pour moi, lors de mes workshops, et stages photos, sur le terrain j’utilise dans la plupart des situations le couple Canon 6D et l’objectif Canon 16-35mm F4 L IS USM.

Je suis particulièrement satisfait de ce matériel qui comble toutes mes attentes sur le terrain, un capteur avec une très bonne dynamique, en effet le capteur du 6D se montre particulièrement performant notamment dans les basses lumières, et vraiment excellent dans des conditions de lumières difficiles.

De plus son capteur supporte très bien les montées en ISO, je réalise mes photos de la voie lactée entre 5000 et 6400 ISO !

Le boitier en lui-même n’est pas spécialement lourd 755g, le châssis permet une très bonne prise en main, une interface très ergonomique. Je ne parle même pas de son écran qui permet un rendu couleurs extrêmement fidèles à la réalité ! Une de mes fonctions favorites reste le WIFI embarqué qui me permet de prendre le contrôle à distance de mon appareil avec mon smartphone ou encore une tablette, fonction extrêmement pratique quand il s’agit de réaliser des prises de vues depuis le sol vers un plafond, au ras du sol en contre plongée…

Comme vous l’avez compris je ne suis pas près de changer de boitier, même si j’ai un Canon 700D en Reflex secondaire pour les mariages par exemple.

Dans la plupart du temps je fais du Paysage au grand angle, même si j’ai toujours dans mon sac un petit 50mm F1.8 de chez Canon pour les portraits, un Samyang 14mm F2.8 tout spécialement pour la voie lactée, et un 70-200mm F2.8 L I USM de chez Canon pour les portraits, mariages, mais aussi pour les paysages, pour aller chercher un détail par exemple.

L’objectif Canon 16-35mm F4 série L IS USM est donc mon plus fidèle compagnon, c’est avec ce dernier que j’ai réalisé la plupart de mes photos lors de mon voyage photos à Saragosse et dans le désert des Bardenas en Espagne.

Cet objectif permet à F7.1 et F8 une grande profondeur de champ, il est donc possible d’avoir une très grande plage de netteté, premier plan jusqu’à l’infini tout en conservant le maximum de piqué de celui-ci !

Il n’est pas trop sujet aux Flares, ni à la déformation, sa résolution est époustouflante, il suffit de regarder les tests disponibles sur internet pour comprendre que cet objectif est vraiment le compagnon idéal pour la photographie de paysages et d’architecture.

En prime le diaphragme de ce dernier est conçu pour vous offrir de superbes étoiles de soleil, en effet à partir de F11 et jusqu’à F22 vous pourrez obtenir de magnifiques étoiles de lumières, soleil, lampadaires, ajoutant un rendu très esthétique à vos photographies !

Attention je préconise de ne pas dépasser F16 afin de conserver un maximum du piqué.

Pour revenir sur les déformations quasi inexistantes de ce dernier, sachez que lorsqu’un professionnel fait appel à mes services, que ça soit pour du mobilier, ou de l’immobilier, j’utilise cet objectif et au-delà d’une longueur focale de 20mm les déformations sont inexistantes ou du moins imperceptibles pour le commun des mortels.

C’est également cet objectif qui me sert sur le terrain lorsque j’enseigne la photographie au travers de mes différents programme de formations photos, pose longue, paysages, architecture.

HD Skies – Gift Day – For Free

HD Skies – Gift Day – For Free

Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous offrir une banque de ciels haute définition ainsi qu’un petit bonus pour venir sublimer vos photos de paysages, architectures ou autre.

Dans ce pack gratuit téléchargeable sur mon site www.imagesemotions.fr, je vous offre pas moins de 16 ciels HD ainsi qu’un petit bonus ! 😉

Des Sunsets, des Sunrises, mais aussi des poses longues pour des effets de filés, des orages, foudre, arc-en-ciel !

Les ciels en questions ont tous subi un léger traitement, j’ai tout d’abord corrigé la balance des blancs, j’ai pris le soin de retirer les tâches de capteurs, renforcé la profondeur et retirer le premier plan pour faciliter leur intégration.

Ils sont prêt à l’emploi, notez toutefois que pour sublimer vos photos je vous encourage à prendre le temps d’aller au bout de vos intégrations, ambiance, sens de la lumière, couleur dominante… Un bon masque sous Photoshop ne suffit pas, vous devez pousser votre traitement et adapter le ciel à votre paysage, sinon la sensation d’intégration sera flagrante.

Si vous avez le moindre doute, je vous invite à venir échanger à ce sujet sur Facebook, et qui sait au détour d’une conversation on pourra peut-être se caler une sortie photo !

N’hésitez pas à faire un tour dans la section tutoriels, vous trouverez des tutos sur Photoshop et Lightroom, vous risquez d’y trouver votre bonheur.

Tutoriels : https://www.imagesemotions.fr/tutoriels/

Ciels HD : https://imagesemotions.fr/produit/hd-skies-gift-day-for-free/

Il me reste plus qu’à vous dire bonnes photos, bonnes intégrations, et à bientôt.

Images & Emotions | Laurent BASTIDE Photographies

Today I have the pleasure to offer you a stock of high-definition skies as well as a small bonus to enhance your landscape or architecture photography.

In this download-free pack on my site www.imagesemotions.fr, I offer you no less than 16 HD skies as well as a little bonus!

Sunsets, sunrises, but also long exposures for line effects, thunderstorms, lightning’s, and rainbows!
The skies here all received a slight treatment: I first corrected the white balance, removed dust spots or stains, strengthened the depth and finally removed the foreground to make their blending seamless.

They are ready to use, please however note that to enhance your photos I suggest you take the time to go after your comps, moods, light and colors… A good Photoshop mask is not enough, you must adapt the sky to your landscape otherwise the blending will not look seamless.

If you have any doubt do not hesitate to exchange with me about it on Facebook. Who knows, we might end scheduling a shooting trip!

Feel free to have a look in the tutorials section, you will find tutorials on Photoshop and Lightroom and get what you were looking for.

Tutorials : https://www.imagesemotions.fr/tutoriels/

HD Skies : https://imagesemotions.fr/produit/hd-skies-gift-day-for-free/

It remains for me only to tell you good pictures, good integrations, and see you soon.

Images & Emotions | Laurent BASTIDE photographs

Inscrivez vous à notre newsletter 

Pour ne rien rater de nos prochaines publications et promotions
OK JE M 'INSCRIS
C'est parti !